Lieu

L'été musical à Braine-le-Comte

Eglise Saint-Géry à Braine-le-Comte

 

Braine-le-Comte est une ville de près de 22.000 habitants située à 23km de Mons, 6km de Soignies et 32km de Bruxelles.

Le plus remarquable des monuments de Braine-Le-Comte est l’église Saint-Géry qui se dresse à l’entrée de la localité, près de la ligne des remparts primitifs. Elle était entourée, jadis, d’un cimetière auquel a succédé, aujourd’hui un agréable square.

L’église Saint-Géry est de style romano-ogival. On y pénètre par une porte dont le linteau sculpté représente la descente du Christ aux limbes et les premiers justes rachetés par le sang du Sauveur.

L’ensemble de l’édifice comprend trois nefs d’égale hauteur. A gauche et à droite au-delà de chacune des quatre travées, se forment des chapelles perpendiculaires à l’axe principal. Les deux chapelles du fond, Saint-Antoine et Saint-Christophe, comme 1e chevet, se terminent par des pans coupés.

Seize colonnes en pierre de Soignies soutiennent les trois voûtes, relativement basses, ayant remplacé, au commencement du XVIIIème siècle, le plafond primitif. Le choeur et l’abside se situent dans le prolongement de la grande nef et requièrent une attention toute spéciale en raison, d’abord, de leur architecture à la fois élégante et vigoureuse. Édifié en 1577, le maître-autel est l’oeuvre de Jean Mône auteur des magnifiques autels d’albâtre décorant la chapelle de Sainte-Gudule de Bruxelles et une des chapelles de Notre-Dame de Hal. Le maître-autel comporte un vaste retable de pierre, divisé, en hauteur, en deux étages et offrant, dans sa largeur, trois compartiments que séparent les colonnettes et de délicats pilastres. Une tourelle polygonale culmine au-dessus d’une corniche aux saillies vigoureuses. Chaque étage est orné de trois bas-reliefs dont les personnages ont une distinction d’allure et une vivacité de gestes qui rappellent le retable du martyre de Saint-Georges, joyau du Musée du Cinquantenaire. Des chandeliers et un lutrin en cuivre, des stalles de chêne, des lambris sculptés et d’autres oeuvres de style Renaissance encadrent cette pièce maîtresse à laquelle en répond une autre: le jubé de 1592, placé au seuil du choeur et à la limite du transept.

Ce jubé monumental appuie ses trois arcades de marbre noir sur quatre colonnettes ioniques de marbre rouge qui en précèdent douze autres, plus petites, s’élevant d’un stylobate noir et portant quatre arcades en plein cintre. Ce Jubé se termine par une balustrade contre laquelle sont adossées trois statues blanches, dressées sur des socles prolongeant la clé des trois grandes arcades, et représentant les trois vertus théologales, les quatre statues dressées sur les socles au sommet des colonnettes représentent les quatre vertus cardinales. L’église Saint-Géry possède de nombreux autels et quelques beaux confessionnaux, une série de statues de saints des XVIème et XVIIème siècles, parmi ces statues, l’on voit un Saint-Eloi et un Saint-Nicolas du XVIème siècle et également une statue de bois polychrome de Notre-Dame de Braine, datée de 1470 et attribuée à Jan Borman II.

Le Saint Christophe de Braine-le-Comte mérite à lui seul le voyage. Il impressionne par sa grandeur et par le sentiment de force qui s’en dégage. Les orfèvreries de l’église saint-Géry sont conservées avec le plus grand soin. Parmi celles-ci, il y a un bel ostensoir-soleil de 1703 ainsi qu’une croix de procession, attribuée à Hugues de la Vigne, le célèbre orfèvre montois.

De nombreuses pierres tombales dont deux méritent l’attention : ce sont celles d’Éloy Ghoisset (1529) et celle, plus récente, de Philippe de Gognies.

La tour massive d’une hauteur de 40 mètres abrite 3 cloches qui ont pour noms : Maxellende, Prospérine et le Dindin. Cette dernière provient de l’ancien couvent des Soeurs Récollectines qui fut supprimé en 1793. Un magnifique carillon de 48 cloches vient compléter cet ensemble.